© Friends Happy | AcaDemy
© Friends Happy | AcaDemy
Bienvenue sur le forum de Friends happy Academy

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre notre forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.

© Friends Happy | AcaDemy


 
AccueilAccueil  Portail FriendsPortail Friends  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Histoire d’aliments

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dulce
Fondatrice
Fondatrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7577
Age : 31
Localisation : Alger
Emploi/loisirs/études : Actuellement superviseur en OFFSHOR et en MAGISTER II EN TRADUCTION ECOLE DOCTORALE D'ALGER
Humeur/caractèr : Zen gentille
Réputation : 30
Points : 1407836
Date d'inscription : 18/09/2007

MessageSujet: Histoire d’aliments   Ven 21 Aoû - 23:05

Une douceur pour commencer La datte

UN FRUIT ANTIQUE
Le palmier, à côté du figuier et de l’olivier, est indéniablement un des arbres emblématiques de notre pays. Nos ancêtres qui ont goûté à ses fruits, d’abord sauvages, domestiqueront l’arbre pour en avoir toujours de plus bons et plus abondants. Déjà, les anciens Grecs décrivait les habitants de nos contrées comme attachés à la culture du palmier : “Les Nassamons, nation nombreuse qui, pendant l’été, laissait ses brebis sur le bord de mer, montent dans le pays d’Augila (actuelle Libye) pour y récolter les fruits des dattiers. Ces arbres y sont nombreux et touffus et tous produisent des dattes”.
Dans l’Odyssée, Homère faisait surgir de terre, à Delos, un superbe palmier pour servir d’appui à Latone, la déesse de l’île, lorsqu’elle donna naissance à Apollon.
Les auteurs latins, quant à eux, ne firent pas grand cas des dattes d’Afrique. Très bonnes et très douces, elles avaient la réputation de perdre promptement leur saveur ; aussi, Pline donne-t-il la préférence aux dattes d’Orient.
La littérature coloniale n’a pas manqué de chanter le palmier-dattier : “C’est aussi de l’or que rapporte à l’Afrique l’exportation des dattes, pareilles à des doigts de lumière, d’une saveur si exquise que les anciens croyaient retrouver en elle ce fabuleux lotus, délicieux au point de faire oublier la patrie, filles diaphanes du soleil qui mûrissent là-bas, loin dans le Sud, sous le panache des hauts palmiers dont les racines plongent dans la fraîcheur des sources, et dont les têtes s’épanouissent dans le feu du désert...” La datte figurait dans la nomenclature des produits de la colonie à l’usage de la Métropole.

UNE LONGUE HISTOIRE
Selon les historiens botanistes, le palmier-dattier serait originaire du golfe Persique. Le dattier de par sa nature a donné naissance à de nombreuses légendes et croyances.
La Vierge Marie, secouant un palmier pour se sustenter alors qu’elle portait en son sein Aïssa, n’est pas sans rappeler Latone donnant naissance à Apollon. Dans l’Antiquité, de nombreuses pratiques assimilaient le phœnix Dactylifera à un être vivant doué d’une sensibilité quasi humaine. Aussi, bien avant que l’on découvre aux plantes des penchants à la mélomanie, on n’engageait, pour l’entretien des palmeraies que des gens gais et joyeux. Ou encore cette pratique pour “feinter” un dattier récalcitrant : deux hommes, dont l’un armé d’une hache, dialoguaient sous son ombrage.
Le premier, s’adressant à l’arbre, disait : “Comme tu ne me rapportes rien, j’ai grande envie de te couper, et ce disant, il frappait le tronc d’un léger coup. À ce moment, le second personnage intercédait en faveur de l’arbre et répliquait : “Laisse-le, car il te donnera, je m’en porte garant, des fruits l’an prochain, tu verras !” Ensuite, ils s’éloignaient et, l’année d’après, l’arbre devenait fertile.
Momo


La plupart des peines n'arrivent si vite que parce que nous faisons la moitié du chemin.



Revenir en haut Aller en bas
http://lydia86.skyblog.com/
Tchitchi
*Admin*
*Admin*
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2450
Age : 24
Localisation : Au pays des merveilles!!
Emploi/loisirs/études : Lycéen
Humeur/caractèr : bof!! comme tout les Algeriens
Réputation : 25
Points : 18774
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: Histoire d’aliments   Sam 22 Aoû - 0:42

mechi wekt'houm les recettes doka

diri fermer f had la rubrique Laughing



Hit me,Kick me,you can never get me
Revenir en haut Aller en bas
Dulce
Fondatrice
Fondatrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7577
Age : 31
Localisation : Alger
Emploi/loisirs/études : Actuellement superviseur en OFFSHOR et en MAGISTER II EN TRADUCTION ECOLE DOCTORALE D'ALGER
Humeur/caractèr : Zen gentille
Réputation : 30
Points : 1407836
Date d'inscription : 18/09/2007

MessageSujet: Re: Histoire d’aliments   Mar 25 Aoû - 1:28

La pomme
Par : Momo

YA TEFAHA, YA TEFAHA
La pomme fut longtemps un fruit rare en Algérie. Symbole de beauté, elle a donné un joli prénom, tefaha, aujourd’hui tombé en désuétude. Rabah Deriassa en a fait un tube, Ya Tefaha, dans les années Ofla. En ces temps-là, ni production ni importation. La rareté chargeait les voyageurs venant de l’étranger de filets pleins de goldens, reinettes et autres granny smith aux appellations aussi exotiques les unes que les autres. La préciosité du fruit faisait qu’on l’offrait aux malades. La pratique en a gardé un proverbe ; de quoi se sustentaient les malades avant les pommes ?
Le label santé a toujours collé au fruit. Ce sont, certes, ses qualités nutritives qui en on fait un revitalisant, mais d’ici là à en faire une panacée pour lutter contre toutes ces nouvelles maladies qui affectent les Algériens il y a un pas trop vite franchi. C’est peut-être valable chez les individus dont les habitudes alimentaires l’ont introduit depuis des siècles dans leur ration quotidienne. Méfions-nous des charlatans de chez nous et du marketing des pays producteurs de surplus.

CULTURE RATÉE

Tentative de vulgarisation de la culture dans les années 1980. Hélas ! On a opté pour des plants rustiques dont les qualités organoleptiques étaient loin de satisfaire les goûts des Algériens. La libéralisation et les importations de fruits répondant à la demande finirent par larguer la production locale au bas du classement. Ce qui a échappé à l’arrachage ne produit plus que pour la fourniture des rares confituriers qui utilisent encore des fruits frais, des économats et intendance, des consommateurs les plus démunis ou à de rares utilisateurs en cuisine. La cuisine algérienne n’a pas fait place dans son répertoire à la pomme. Uniquement consommée comme fruit, elle a connu un succès en l’ham lahlou en servant de remplaçant au pruneaux frappés eux aussi de cherté.
La pomme d’importation connaît un grand succès, elle est douce, fondante, de volume respectable, une esthétique qui répond à l’imaginaire populaire et, surtout parfois, guère onéreuse.



La plupart des peines n'arrivent si vite que parce que nous faisons la moitié du chemin.



Revenir en haut Aller en bas
http://lydia86.skyblog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Histoire d’aliments   

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoire d’aliments
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» Histoire des noms de nos navires
» L'histoire du Corps de Marine
» L'histoire de petit Louis
» histoire de paysan normand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
© Friends Happy | AcaDemy :: ۩ Friends ToDay Vie Quotidienne ۩ :: Salon'DZ :: L'art de la cuisine-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com